samedi 23 avril 2011

Savon Simply Blu

Simply Blu


Vous vous souvenez de mon savon qui ne voulait pas être bleu, le BluNoBlu ? Vous vous souvenez ma promesse de revenir avec un vrai savon bleu ?
Et bien ça y est, je l'ai eu mon BLEU. Non mais, foi de Lolitarose, il ne sera pas dit que Dame soude aura toujours le dessus !

J'ai donc rempilé pour une nouvelle séance savonnerie, en assurant mes arrières cette fois et en introduisant le pigment bleu, à la trace directement dans la pâte à savon. Et là, évidemment ça marche comme sur des roulettes !

N'ayant pas envie de me lancer dans une cuisine trop élaborée, j'ai choisi le must du must de la simplicité.

Comme j'ai lu ici ou là que de nombreuses savonnières appréciaient la méthode de Isy - d'une grande simplicité, que d'autres, telles ma MLK, alliaient  la méthode Isy   à la méthode Kaféé - ultra simple encore, et bien j'ai donc copié-copité mes copinautes. Et parce que ça n'était pas encore assez simple pour moi, j'ai apporté ma Loli'touch, pour donner la méthode Simplyloli que voici, que voilou !


méthode Isy + méthode Kaféé = méthode MLK
méthode MLK + Loli'touch = méthode Simplyloli

Mais commençons par la formule

Formule

400 g HV coco (vegetaline)
100 g HV Soja
70 g de soude calculée pour un surgras de  20%

Liquide de dissolution de la soude
160 ml eau + lait de soja très frais

A la trace pigment bleu outremer dilué dans un peu d'huile

Pour le parfum, j'ai choisi une synergie fleurie un peu capiteuse : 
absolue de frangipanier
HE géranium asperum
HE bois de rose
HE clou de girofle






Avant de vous présenter la méthode Simplyloli, petit rappel sur la célébrissime méthode Isy.

La méthode Isy donc, c'est tout simplement un savon 100 % huile de coco que l'on surgraisse à 20% pour limiter le côté trop détergent de l'huile de coco utilisée en solo.  On peut choisir de surgraisser en jouant sur la quantité de soude (choisir surgras 20% dans le calculateur) ou bien rajouter 20% d'une autre huile végétale à la trace.

On saponifie à froid, et on obtient un beau savon blanc et crémeux d'une extrême douceur.

Quant à la méthode Kafée, elle consiste à partir d'une formule de savon classique, c'est à dire comportant de 50 à 60% de gras durs (palme, coco), à fondre ces gras directement avec la soude diluée, par la seule action de la chaleur dégagée par la soude. Une fois les gras durs fondus on rajoute les huiles fines et on termine son savon normalement. 

L'avantage de cette méthode c'est qu'on s'épargne le temps d'attente pour fondre toutes les huiles et attendre encore qu'huiles et lessive de soude aient atteint une température idéale de 38-40°, ce qui peut prendre un certain temps.

MLK a eu l'idée de combiner les deux méthodes : fonte de l'huile de coco directement dans la soude et ajout d'une huile à la trace pour obtenir un surgras de 20%.

Comme votre Lolitarose est atteinte du syndrôme de la flemmingite aigüe ces temps-ci, j'en ai rajouté une mini couche pour que ce soit encore plus simple.

Allez, je vous la donne la Simplyloli method !

Prenez votre récipient, mettez y votre huile de coco coupée en petits cubes (la vegetaline est un peu plus ferme que la coco indienne)et directement l'huile de soja (ou celles de votre choix)à laquelle vous avez rajouté de la vitamine E pour la protéger de l'oxydation à la surchauffe.

Diluez votre mélange eau/lait de soja avec les billes de soude et versez aussitôt sur les huiles. Mélangez avec une spatule. Laissez fondre un peu. Mélangez à nouveau. 

Dans la mesure où la recette "presque tout coco" comporte une quantité très importante (80%) de gras durs, la fonte se fait plus difficilement.

Lorsque la coco est bien fondue, mais pas encore totalement, passez au mixer et mixez jusqu'à obtenir une pâte bien lisse.

En fait dans cette méthode rapide, la saponification démarre immédiatement. 

les zigouigouis
Lorsque la pâte est bien lisse, introduire en "one pot" le pigment bleu outre-mer dilué dans un peu d'huile et dessinez des zigouigouis au moyen d'une baguette chinoise. 

Versez en moule. C'est fini.

Ayant eu une très grosse crise de flemmingite, j'ai versé dans un moule à cake en silicone que j'ai filmé et laissé reposer 24 heures, même si le savon a durci au bout de quelques heures.  



J'ai ensuite découpé des tranches et fait un peu de chirurgie, car le moule en silicone s'est quelque peu distendu sous l'effet de la chaleur et les tranches ne sont en fait pas très belles. je reviendrai à mon moule en bois japonais la prochaine fois. 

Avec les chûtes, j'ai pu réaliser une jolie boule marbrée de bleue, très pratique et agréable à l'usage.

Et maintenant, le verdict !

Comme le crient haut et fort toutes les adeptes de la méthode Isy, le résultat est un savon bien dur qui donne une mousse dense et très abondante, extrêmement crémeuse. C'est véritablement un savon très doux pour la peau.
Donc, sur un plan cosmétique, c'est une vraie belle réussite.

Côté méthode, difficile de faire plus simple, sinon en se limitant à l'huile de coco sans colorant ni parfum !

Un bémol à mon enthousiasme ?

Peut-être...

Tout d'abord, il est clair que la température a dû monter très haut et qu'une phase de gel s'est produite, heureusement sur l'ensemble du savon. Du coup c'est un peu moins joli lorsqu'on fait un marbrage.

Ensuite, le savon durcit tellement vite que si le moule n'est pas totalement rigide, le savon craquelle en surface du fait de la dilatation du moule. Là encore, c'est pas terrible.

Enfin, j'ai comme l'impression que les gras ont laissé une odeur au savon. Une odeur différente du parfum habituel de savon. Est-ce dû à la forte proportion de coco ? Je ne saurais le dire. Heureusement la synergie parfumée masque cette légère odeur.

Mon avis, donc. Excellente méthode pour des savons de qualité (doux, moussants et crémeux), mais mieux vaut privilégier des couleurs unies et couler en moules pas trop souples. Idéal pour des savons au style très roots.

En vérité, je recommence demain, alors vive la Simplyloli méthode ! Et un grand merci à mes inspiratrices Isy, Kafée et MLK.

Une tranche de bleu ?

lundi 4 avril 2011

Soin de jour Matin Clair à l'apimulse

Fleur de lotus

Avec l'@picream n°4, se termine la première phase de tests réalisés avec la cire émulsifiante @pimulse.  Il y aura d'autres crèmes bien sûr, car j'ai adoré travailler avec cet émulsifiant, mais pour l'instant je m'accorde une pause.  

D'autres chercheuses "folles" (Christine, Célimène) sauront vous tenir en haleine, car en ce moment il fleurit des Professeures Tournesol à tous les coins de blog, alors gardez vos yeux grands ouverts car vous ne serez pas déçues.

Mais revenons à ce 4ème test. Après avoir utilisé l'@pimulse en émulsifiant unique, puis dans un beurre très riche et enfin associé à un co-émulsifiant, j'ai souhaité tester la cire en co-émulsifiant d'un de mes émulsifiants chouchous : l'Olivem 1000.

@pimulse
C'est d'ailleurs en découvrant que le savon était un merveilleux allié de l'Olivem 1000 (j'importe ici ma crème "Douceur verte" qui avait été une véritable révélation), que j'ai eu envie d'essayer le même type de formule en remplaçant le savon par l'@pimulse.


Me sentant maintenant plus à l'aise dans le maniement de cet émulsifiant, j'ai souhaité formuler un soin plus "pointu", en intégrant des actifs ciblés afin d'en faire un soin anti-âge à part entière.

Ici tous les ingrédients ont joué leur rôle pour apporter leurs bienfaits, qui agissent ainsi en synergie, à ce soin. 

A commencer par l'émulsifiant principal, l'Olivem 1000 qui de par sa composition (sorbitan olivate & cetearyl olivate) est un actif à part entière. 

L'@pimulse n'est pas en reste car la cire d'abeille est également très riche en composants bénéfiques pour la peau, sans oublier les fabuleuses qualités cosmétiques dues à sa forte proportion d'esters. Mais j'en ai déjà parlé ici.

Tirant les leçons de mes précédents essais, j'ai formulé avec une phase grasse relativement importante (du moins pour moi): 20% d'huiles et/ou beurres et 10% d'émulsifiants, co-émulsifiants et autres agents de texture. Soit au total une phase grasse de 30%. 

J'ai choisi essentiellement des huiles fines telles que le coco fractionné, comparable par sa finesse aux silicones  mais tout en restant dans le monde des huiles d'origine naturelle ;  ici je l'ai enrichie en réalisant une macération de roses de provins séchées (que je me procure chez un excellent producteur découvert lors d'une réunion des Simples à Milly la Forêt, "La compagnie des simples") pour l'effet anti-rides ;

le tournesol oléïque, en macération de fleurs de figuier de barbarie ; celles-ci contiennent des tanins, des mucilages et des flavonoïdes, qui en font un excellent anti-âge doublé de vertus astringeantes et adoucissantes ; 

Limnanthes alba
l'huile d'écume des près (souvent appelée huile de meadowfoam), est pressée à partir des graines de limnanthes alba. Elle contient plus de 98% d'acides gras et possède  des propriétés anti-âge, hydratantes et régénérantes.
selon Clar*ns, " on récolte une fois par an, en hiver, ses graines sélectionnées pour la haute qualité des huiles qu'elles contiennent. Le limnanthès a été découvert au milieu du siècle et utilisé en cosmétologie pour son pouvoir rééquilibrant des glandes sébacées. Il régularise la sécrétion de sébum et prévient l'obstruction des pores." 
enfin, elle serait également excellente pour restructurer la fibre capillaire, en particulier pour les cheveux colorés

enfin, le beurre de kokum, issu des graines de l'Indica Garcinia et que j'ai tendance à préferer au karité dans les soins visage ou les baumes  car, tout en ayant des propriétés hydratantes et réparatrices proches de celles du karité, je le trouve moins gras et surtout sa chauffe ne provoque pas de granularité comme avec le karité. Sa richesse unique en tryglicérides saturés - 56% environ répartis entre acide palmitique et acide stéarique - en fait véritablement un allié de choix pour lutter contre la déshydratation et ses méfaits sur la peau (crevasses, ridules de sécheresse, peaux brûlées, etc.... Pour en savoir plus sur le fruit de l'Indica Garcinia et ses multiples utilisations en Inde, je vous invite à aller lire ou relire les tous récents articles de Vénézia sur le sujet.

Mais examinons tout cela dans le détail. 

Formule

Phase huile (30%)
-5% macérat de roses sur coco fractionné
-5% macérat de fleurs de figuier de barbarie sur tournesol
-5% HV d'écume des prés
-5% beurre de kokum
-5% olivem 1000
-2% cire émulsifiante @pimulse
-2% cétyl palmitate
-1% alcool cétylique

Phase eau
-40% eau
-25% HA de fleur d'oranger
-2% allantoïne
-1% sève de bambou
-0,8% poudre de riz
-0,2% gomme d'acacia
-0,1% gomme cellulose

Phase 3
-1% regu-âge
-0,2% acide hyaluronique

-0,5% geogard

-0,5% parfum composé de lotus blanc, thé vert et feuilles de violettes.  


Un mode opératoire somme toute assez classique, en  prenant soin toutefois de faire fondre au bain marie en premier les émulsifiants et co-émulsifiants, puis en introduisant les beurres et huiles.

Pour la phase aqueuse, prélever environ 20% d'eau, y dissoudre les gommes afin de réaliser un gel ; laisser poser, puis y dissoudre l'allantoïne, la poudre de riz et la sève de bambou.

Toujours au BM chaud, verser la phase aqueuse dans les huiles fondues et mélanger. Puis introduire le reste d'eau  et hydrolat tiédis. Mélanger d'abord à chaud puis à température ambiante avant de poursuivre dans un BM frais. 

Dissoudre l'acide hyaluronique dans un peu d'hydrolat tiède puis introduire dans la préparation. Incorporer ensuite le regu-age et le reste de la 3° phase.

On obtient une émulsion très blanche, assez fluide et à l'aspect assez évanescent, qui se densifie rapidement dans les jours qui suivent.

@picream n°4
L'architecture de cette crème du Matin clair est, contrairement à ce que pourrait laisser penser le nombre des ingrédients utilisés, très simple et donc aisément réalisable, y compris par des tambouilleuses peu expérimentées.

En phase grasse : 3 huiles et un beurre que l'on peut aisément remplacer par une autre association telle que jojoba-olive-amandes douces par exemple associées au beurre de karité. Mais je vous invite à aller consulter les fiches de chez AZ qui vous donnent toutes les précisions utiles pour un choix en connaissance de cause. 

La phase aqueuse comprend un mélange d'eau et d'hydrolat, que l'on peut ici aussi substituer. J'ai choisi l'eau de fleur d'oranger en raison de sa polyvalence ; c'est en effet un hydrolat qui convient aux peaux sèches comme aux peaux grasses et surtout il est d'une grande douceur pour les peaux sensibles. On peut également se limiter à de l'eau.

L'allantoïne est là pour contrecarrer les éventuels effets irritants (avec les peaux sensibles, un actif a priori anodin peut s'avérer irritant) des autres actifs. En outre, l'allantoïne est reconnue pour apporter une grande douceur à la peau. Pour tout savoir sur cet ingrédient fabuleux, je vous renvoie aux explications détaillées figurant dans la recette du Doux soin fraîcheur verte pour le corps, que j'importe de mon ancien blog. Vous y trouverez également quelques informations sur les qualités de l'Olivem 1000. 

La sève de bambou et la poudre de riz sont destinées à matifier quelque peu l'émulsion ; on peut bien entendu remplacer ces poudres par de l'arrow root.

Enfin, les gommes sont là pour apporter un peu de moelleux et de légèreté. J'ai opté pour la cellulose, en raison du glissant particulier qu'elle apporte aux émulsions. La gomme xanthane sera elle plus "aérienne" mais fera tout aussi bien l'affaire. Quant à la gomme d'acacia, je l'ai choisie pour sa capacité à apporter également un effet tenseur. Car n'oublions pas que, malgré sa simplicité, cette crème est avant tout conçue pour être un soin anti-âge aux effets lissant, liftant et anti-rides. La gomme d'acacia, que l'on qualifie parfois de collagène végétal, avait donc toute sa place dans cette formule.

Quant à la phase 3, elle est extrêmement réduite puisque seuls l'acide hyaluronique, que l'on ne présente plus, mais qui est l'indispensable allié des soins anti-âge et un actif plus particulièrement ciblé pour le délicat contour de l'oeil, le REGU-age, la composent.

La formule INCI du REGU-Age est "Hydrolyzed Rice Bran Protein, Oxido Reductases, Glycine Soja (Soybean) Protein". En d'autres termes, les protéines végétales sont aux premières loges et on le comprend lorsqu'on connaît leur rôle dans le processus d'hydratation intense de la peau. Quant à l'oxidoreductase, il s'agit (je schématise au maximum) de co-enzimes dont le rôle est celui d'anti-oxydant.


Un petit zoom sur les protéines végétales ou phyto-protéines.

source de phytoprotéïnes
On les connaît d'avantage dans les produits capillaires, mais qu'apportent-elles de plus dans une émulsion ? Elles ont un pouvoir hydratant, émollient et elles ont la capacité à former un film protecteur sur la peau et celà à un dosage assez faible. Il existe un nombre considérable de phyto-protéines, telles celles utilisées dans le REGU-age, protéines de riz et de soja, mais on utilise également des protéines de soie, de blé, d'avoine, de maïs... Bref, le choix semble aussi vaste que les espèces végétales existantes.

Ainsi, l'ajout de protéines végétales dans un soin améliorera son pouvoir hydratant et émollient mais apportera également un toucher doux et soyeux. En d'autres termes, lorsque vous recherchez un effet hydratant sans ajout de matière grasse, ayez le réflexe phytoprotéïnes ! On peut en incorporer de 1 à 5%, toujours en phase 3 lorsque la température est nférieure à 40°C.

Le REGU-Age est présenté comme un actif qui améliore la microcirculation, renforce le collagène et l'élasticité de la peau. Il aurait également des propriétés anti-oxydantes. Le REGU-age a donc été conçu pour réduire à la fois les cernes sombres et les poches sous les yeux (par l'effet sur la microcirculation) et ralentir l'apparition des ridules (par l'effet anti-oxydant).

Une fois n'est pas coutume, j'ai conçu ce soin comme un deux en un  : crème de jour et contour de l'oeil.

Côté parfum, j'ai choisi une senteur très fraîche, un peu herbacée et rappelant cette clarté si particulière des petits matins en Asie, lorsqu'on s'éveille très tôt lorsque le soleil pointe à peine et qu'une brume légère enveloppe un paysage de rizières.  Mon choix s'est ainsi porté sur des absolues que j'utilise pour la première fois : l'absolue de lotus blanc, l'absolue de thé vert et l'absolue de feuilles de violettes.

Le résultat est totalement différent de ce que l'on obtient habituellement avec les huiles essentielles. Et pourtant, rien à voir non plus avec les fragrances chimiques. Je lui trouve un côté apaisant, relaxant... comme une invitation à la méditation et à la zénitude.

Quant à la texture de cette 4ème déclinaison de l'@picream, je dirais que l'@pimulse a apporté à l'olivem 1000 le petit côté protecteur qui lui manque habituellement, sans pour autant conduire à une crème trop riche.

Personnellement, j'avoue avoir un petit faible pour ce soin de jour des Matins clairs, même si je sais déjà que certaines de mes courageuses cobayes ont préféré la version 3.

Crème de jour des Matins clairs

Ainsi s'achève pour l'instant la "saga" des @picreams. A votre tour désormais de décliner cet émulsifiant à l'infini.



Doux soin fraîcheur verte pour le corps

Cet article a été publié dans mon blog n°1
Douce fraîcheur...

Enfin le soleil a fait son apparition et avec lui cette douceur printanière qui nous fait nous précipiter en hordes sauvages dans les parcs et jardins de la Capitale en quête des bienfaits du “bon air” et de Dame Nature.
Les bourgeons ont aussi fait leur apparition, les premières fleurs s’apprêtent à éclore et chacun d’entre nous renaît doucement - mais sûrement - à la vie.
Pour ma part, je m’apprêtais à fêter l’arrivée du Printemps de bien agréable manière, puisqu’un Petit Prince avait choisi cette douce  saison pour s’initier à l’art de la savonnerie entouré de nombreuses marraines, dont certaines avaient bravé moult  dangers pour arriver de leur lointain Sud Ouest ou du Plat - et chaleureux - Pays.
Puisque l’occasion fait le larron, comme dit le célèbre dicton populaire, je décidai que l’occasion était parfaite d’offrir du Printemps en Pot.
Et puisque Printemps rythme avec Soleil, donc avec Chaleur, donc avec Douceur et bien sûr avec Nature, il me fallait un soin doux et léger au parfum d’herbe fraîche qui convienne à toutes ces belles plantes mais également au Jeune Prince. La couleur s’imposait d’elle même : un vert tendre à peine perceptible.
 Ne restait plus qu’à mettre au point la formule... 
Légère, légère, légère.... comme une brise de printemps qui doucettement soulèverait les jupes légères des lolitas en goguette (Heu... j’ai dit lolita, hein ? pas lolitarose ! ).
Mais protectrice quand même, car rien de tel que ce petit vent coquin pour déshydrater nos peaux encore malmenées par la rudesse de l’hiver.
Je ne voulais ni lait, ni beurre - au printemps on a envie de changement, même dans la composition de nos formules - et c’est alors que l’idée me vint d’élaborer sérieusement une émulsion à base de savon. 
Vous vous souvenez de ma recette de crème pour les mains tirée d’un vieux Grimoire ? ou le lait nettoyant d’Irène ?
Et bien voici un mois que je teste quotidiennement cette crème rustique sur mes mains et qu’elle s’est avérée parfaitement efficace et agréable. 
J’ai donc décidé d’utiliser le savon comme un ingrédient cosmétique à part entière et de formuler un soin douceur pour le corps à partir de cet émulsifiant, ou plus exactement co-émulsifiant. 
Mais avec quoi l’associer pour obtenir du léger ? L’Olivem 1000 me sembla constituer un bon compromis, en raison de sa propension à donner des textures fermes mais légères, bien absorbées par la peau et néanmoins protectrices.
Je sens que vous mourrez d’envie de connaître la formule (en tout cas j’en connais un qui l’attend avec impatience, et après on dira que les filles...)

Formule du Doux Soin Fraîcheur Verte
Chauffer ensemble au bain marie les ingrédients suivants jusqu’à dissolution complète
-5 % savon blanc en paillettes (ici Melt & Pour naturel rapporté du Japon)
-3% olivem
-3% beurre nilotica
-2% cire de soja
-1% substitut de lanoline
-1% alcool cétylique
-15% d’huiles végétales dont 
    -6% coco odorant
    -4,5% camélia
    -3% coco fractionné
    -1,5% squalane
Remuer régulièrement à chaud pour obtenir une pâte homogène. Laisser au bain marie et introduire peu à peu les ingrédients ci-après (non chauffés)
-50% d’eau
-2% allantoïne (diluée dans un peu d’eau tiède)
Retirer du feu et introduire 
-15% de gel d’aloé vera
-2% de poudre de riz
-1 pointe de couteau de chlorophylle 
-1% de fragrance Green tea (une fois n’est pas coutume mais j’ai littéralement craqué devant son parfum d’herbe fraîche)
-0,5% conservateur
On obtient un lait épais mais très fluide. Verser en pots et conserver au frais.
Au bout de quelques jours, le lait s’est métamorphosé en une crème bien ferme, mais légère et onctueuse comme un voile de printemps. Enfin, les filles vont pouvoir aérer leurs gambettes !
Zoom sur quelques ingrédients
Huile de camélia, qu’on appelle aussi huile de thé vert bien qu’il ne s’agisse aucunement d’un macérat de feuilles de thé. Il s’agit en fait du Camelia Sinensis, arbuste originaire d’Asie qui donne de célèbres fleurs, se transformant en graines/noix  dont on tire ensuite l’huile.
Elle est très riche en oméga 9 (acides gras mono-insaturés), ce qui en fait un soin nourrissant, protecteur et adoucissant.
Elle possède des vertus émollientes et se montre très adaptée aux peaux sèches ou dévitalisées. Elle a un effet lissant et fortifiant, également apprécié de la fibre capillaire.
Enfin, elle pénètre facilement dans la peau sans laisser de film gras, elle a une couleur et une odeur discrètes ce qui en fait une excellente huile cosmétique.
Le squalane végétal, est obtenu à partir de l’olive. Il possède une grande affinité avec la peau, ce qui en fait un ingrédient cosmétique de choix. Très hydratant et offrant un toucher non gras et un excellent glissant, il peut être incorporé à un sérum, à des crèmes ou laits ou à un complexe d’huiles végétales. Un des meilleurs amis de la peau, mais également des cheveux !
L’allantoïne était déjà connue des médecins de l’Empire Romain, qui utilisaient des décoctions de consoude pour aider à la cicatrisation des blessures. Elle est reconnue pour ses propriétés hydratantes, anti-irritantes et son action bénéfique sur la croissance des cellules de la peau. Elle aide à la régénération cellulaire donc et agit comme accélérateur de la cicatrisation. 
L’allantoïne est en fait un “déchet organique” ; elle est présente dans la salive, le mucus, les fientes et l’urine : je vous vois déjà grimacer, mais attendez la suite...
Agnès Sorel, favorite du Roi Charles VII, était célèbre pour sa beauté et l’éclat de sa peau, qu’elle devait entre autres à une crème anti-rides à la composition pour le moins déconcertante : bave d’escargot, crottes de chèvres et un soupçon de cervelle de sanglier. 


Quant à la Montespan, elle s’enduisait la face d’une mixture élaborée à partir de moelle de boeuf et de bouse de vache, après avoir bu un p’tit verre d’urine de mule. 


Quant aux japonaises au teint si réputé,  certaines continueraient à utiliser la fiente d’oiseaux.
Allez, allez ! arrêtez de grimacer vous dis-je, sinon vous allez vous faire des rides d’expression !
Nous avons donc beaucoup  de chance de trouver chez nos revendeurs favoris une fine poudre blanche totalement inodore et extraite notamment d’une plante vivace, la consoude de Russie. C’est cette même allantoïne que l’on trouve dans le mucus d’escargot, qui vaut aux ramasseuses d’escargots de belles mains très douces. Avis aux amateurs, donc ! 
Au final, ce soin douceur “Fraîcheur Verte” semble tenir ses promesses car il laisse la peau douce, fraîche et hydratée. 
Le savon confirme ses excellentes qualités de co-émulsifiant qui permet en outre la réalisation d’émulsions très facilement.
Cela étant, bien que n’ayant eu aucun souci avec ma précédente crème réalisée à partir de savon, j’ai préféré faire un test d’inocuité avant de l’offrir au Petit prince savonnier et aux Belles Plantes à qui elle était destinée. D’autant que, pour la première fois je n’utilisais pas d’huiles essentielles, mais une fragrance  en guise de parfum. J’ai donc badigeonné le creux du coude, une demi-jambe et même une joue, plusieurs jours d’affilée. Aucune irritation ni sécheresse particulière constatées. 

Y a d’la joie, bonjour, bonjour les hirondelles, y a d’la joie...